Les Echos - Pour en finir avec l’«IA washing» et l’«IA bashing»

Jean-Philippe Poisson
January 2, 2021

En conséquence, malgré un engouement médiatique toujours aussi fort, pour nombre de fonds de capital-risque une jeune pousse s’affirmant de l’intelligence artificielle ne sera plus prise au sérieux, ni perçue comme un investissement solide. Pourtant, l’IA représente réellement une possible quatrième révolution industrielle tant les potentialités d’applications sont vastes, même si encore balbutiantes.

Opportunités économiques

L'intelligence artificielle fait fantasmer. Elle est dans les médias trop souvent traitée sous des angles sociétaux ou philosophiques, manichéens et tenant plutôt de la science-fiction, rarement économiques. Il est de bon ton de pratiquer l’«IA bashing» ces jours-ci. Pourtant, son réel potentiel devrait nous pousser à ne pas rater le coche d'une révolution à forts impacts technologiques et économiques, tangibles.

Le gouvernement français semble l’avoir saisi, comme le montre sa Stratégie nationale de recherche en intelligence artificielle portée par le ministère de l’Economie, des Finances et de l’Action publique, malgré une zone d’ombre persistante même si évoquée : l’accès à des données numériques de qualité et leur interopérabilité, autour de référentiels partagés.

Mais pour cela, il sera nécessaire de mettre autour de la table experts du numérique des organisations publiques, pour une impulsion politique, et les experts de la data des grandes entreprises françaises, à l’image ce qu’ont fait les Etats-Unis en matière de santé. Les Gafa, mais aussi Salesforce, Oracle et IBM y travaillent ainsi à réduire les obstacles à l’interopérabilité des données, grâce à un système ouvert d’API (interface de programmation applicative) basées sur une norme commune.

L’intelligence artificielle, quand son expression n’est ni galvaudée, ni fantasmée, représente un tournant majeur dans l’évolution technologique effrénée que nous connaissons en ce début de XXIe siècle. Rater cette révolution desservirait assurément notre souveraineté numérique, et nous éloignerait de potentialités économiques dont nous ne mesurons pas encore la portée.

Jean-Philippe Poisson est le fondateur de yzr. Il est également «partner» chez Julhiet Sterwen.

Subscribe to our newsletter
Thank you! Your submission has been received!
Oops! Something went wrong while submitting the form.